Blog

Comment le corps utilise t-il son énergie lors de l’exercice physique ?

Tout exercice physique demande à l’organisme de libérer une certaine quantité d’énergie, et cela que l’exercice soit léger, moyen ou intense. Selon le type d’effort demandé, tout le monde se rend compte que cette libération d’énergie ne se produit pas de la même façon.
Lors d’un sprint intense où la puissance est élevée sur un court laps de temps, on ressent une très forte intensité qui se dissipe très rapidement dans les premières secondes pour laisser place à une sensation de vide, d’épuisement.
Inversement si on se lance sur un jogging cool, on a la sensation de pouvoir tenir plusieurs minutes, voire plusieurs heures, sans se sentir fatigue.


Dans ces deux exemples, un mouvement et une énergie ont été fournis par l’organisme mais de manière tout à fait différente, les moyens mis en œuvre n’étaient pas les mêmes. Dans le premier cas la machine a fourni un effort intense en un minimum de temps et dans le second il s’agit de maintenir l’effort, moins intense sur une plus longue durée.
Voyons y plus clair sans nous perdre …

1 L’ATP (Adénosine Triphosphate)

Conseils achat roue abdominale Lors de l’exercice physique, l’énergie est fournie par l’oxydation des nutriments (glucides, lipides, protides) au cours de réactions complexes au niveau cellulaire.
Toutefois, cette énergie des aliments n’est pas forcément fournie directement aux cellules responsables du mouvement, elle peut également être stockée temporairement sous forme de graisse dans le tissus adipeux ou dans la cellule, ou sous forme de glycogène dans le foie ou le muscle.
Lors de l’exercice physique, l’organisme mobilisera ces réserves et les convertira en ATP au niveau du muscle.

MAIS QU’EST-CE QUE L’ATP ?

L’ATP est une molécule capable de transformer une énergie chimique en une énergie mécanique, c’est elle qui rend possible le phénomène de contraction musculaire qui produit le mouvement. Sans l’ATP le muscle ne pourrait ni se contracter, ni se relâcher. Plus l’exercice est intense et plus la quantité d’ATP requise est importante.

Il existe deux constats. le premier est que la quantité d’ATP dans le muscle est faible, elle permet au muscle de réaliser un effort très intense pendant seulement 2 ou 3 secondes. Le deuxième est que si on mesure la quantité d’ATP dans le muscle après cet effort intense, la quantité n’a pas diminué.
On peut donc en déduire qu’il existe un processus capable de re-synyhétiser l’ATP au cours de l’exercice. Ce cycle de dégradation et synthèse est régulé très finement afin de fournir plus ou moins d’ATP en fonction de l’effort demandé.

2 Quels systèmes fournissent L’ATP ?

Pour assurer l’apport énergétique, il importe que la concentration d’ATP soit constante dans le muscle, que l’effort soit long ou bref ou qu’il soit très intense ou peu intense.
Différents systèmes interviennent pour restaurer l’ATP et apporter l’energie suffisante:

  • Le système ATP – PCr : filière énergétique utilisée lors d’exercices brefs et très intenses. L’ATP sera restaurée grâce une molécule appelée phosphorylcréatine, celle ci se trouve en quantité très limitée dans le muscle et sa restauration demande 5 à 6 minutes.
  • Le système glycolytique : filière énergétique utilisée lors d’exercices d’intensité moyenne : jusqu’à 5 minutes. L’ATP sera restaurée grâce au glucose et à la production d’acide lactique.
  • Le système oxydatif : filière énergétique utilisée lors d’efforts de longues durées et d’intensité modérée. L’ATP est restaurée grâce à l’oxydation des glucides et des graisses, l’utilisation de l’oxygène revête ici une importance capitale.

Nous pouvons constater que les deux facteurs qui influencent la mise en œuvre d’une filière ou d’une autre sont la durée de l’exercice ET son intensité.

3 Le faible rendement de la machine humaine

Toute la production d’énergie par le corps humain n’est pas consacrée à l’exercice : de grosses déperditions sont présentes sous forme de chaleur.
Lors de l’exercice physique la température augmente et 75 à 80 % de l’énergie produite sera utilisée pour refroidir l’organisme et le garder dans les limites physiologiques. Le rendement est donc très faible et cela tant chez le sportif confirmé que chez l’amateur, l’entraînement n’a quasi aucune influence sur ce paramètre.